S27-P01-C03 Pathologies non cancéreuses de la muqueuse buccale

S27-P01-C03 Pathologies non cancéreuses de la muqueuse buccale

Le fichier PDF est en cours de modification
Le PDF disponible en téléchargement ci-dessous correspond à la version archivée

S27

Pathologie orale et maxillofaciale

Patrick Goudot
Date de mise à jour : En cours de modification

Chapitre S27-P01-C03

Pathologies non cancéreuses de la muqueuse buccale

Scarlette Agbo-Godeau

 

La muqueuse buccale normale n’est pas partout la même, fine et lisse sur la face ventrale de la langue et sur la face interne des lèvres et des joues (une ligne blanche en relief, la linea alba en regard de la ligne d’occlusion des dents, est souvent accentuée chez les patients anxieux et bruxomanes), épaisse et adhérente (fibro-muqueuse masticatoire) sur la gencive et le palais tapissant les reliefs osseux (apophyses, raphé, torus) ou formant des crêtes ou papilles palatines, épaisse et hérissée de papilles filiformes et fungiformes sur le dos de la langue, et en arrière de papilles caliciformes marquant le V lingual. Des variations individuelles, non pathologiques, sont observées [9]. Les papilles foliées et les amygdales linguales sont des formations anatomiques nodulaires lymphoïdes situées dans la partie postérieure des bords de la langue, souvent sources d’inquiétude chez certains patients anxieux et cancérophobes. Les grains de Fordyce, glandes sébacées hétérotopiques, situés sur la muqueuse des joues et des lèvres, forment des petits points jaunâtres en « tête d’épingle », parfois groupés en rosettes. Ils augmentent en nombre avec l’âge. Dans la langue géographique, la muqueuse desquame de manière centrifuge délimitant des zones érythémateuses, mais non dépapillées, à bordure blanche un peu surélevée, variables d’un jour à l’autre et parfois sensibles. Aucun traitement n’est nécessaire, ni efficace. La langue fissurée est parfois précédée ou associée à des épisodes de langue géographique, indolore, une sensation d’irritation est parfois décrite, le brossage doux des sillons est recommandé. Elle est fréquente dans la trisomie 21 et fait partie, avec la macrochéilie et la paralysie faciale périphérique, de la triade diagnostique du syndrome de Melkersson-Rosenthal. La langue noire villeuse, souvent considérée à tort comme une mycose, correspond à une hyperplasie avec hyperkératose des papilles filiformes dont la coloration du verdâtre au bleu ou brun noir est secondaire au développement de micro-organismes chromogènes. Sa pathogénie est inconnue, certains facteurs favorisants ont été identifiés comme une antibiothérapie, l’usage excessif d’antiseptiques, le tabagisme. Les prél&e…

Ce chapitre est réservé aux abonnés

Abonnez-vous dès maintenant

  • Consultation illimitée de l’intégralité du Traité de Médecine
  • Accès aux mises à jour des chapitres
  • Moteur de recherche

Je m’abonne