S34-P01-C03 Anomalies de l’hémoglobine induites par les toxiques

S34-P01-C03 Anomalies de l’hémoglobine induites par les toxiques

Télécharger le chapitre en PDF

Toxicologie

 

Chapitre S34-P01-C03

Anomalies de l’hémoglobine induites par les toxiques

Patrick Nisse

La méthémoglobine et la sulfhémoglobine sont des dérivés de l’hémoglobine impropres au transport de l’oxygène. C’est  Félix Hoppe-Seyler qui décrira  pour la première fois, en 1863, la sulfhémoglobine puis l’année suivante, en 1864, la méthémoglobine. Le premier cas humain de méthémoglobinémie toxique est publié en 1891. La sulfhémoglobine est toujours d’origine toxique, ce qui n’est pas le cas pour la méthémoglobine qui peut être d’origines génétiques, diététiques ou idiopathiques.

Rappel de physiologie

L’hémoglobine est un tétramère composé de quatre sous-unités dont chacune comporte un groupement prosthétique, l’hématine, et une chaine polypeptidique, la globine. Au niveau des érythroblastes, l’hémoglobine est synthétisée sous une forme oxydée. Le fer contenu dans le noyau porphyrine de l’hémoglobine est secondairement réduit à l’état ferreux par le système enzymatique. Le transport de l’oxygène dans l’organisme va dépendre du maintien de l’hémoglobine à cet état réduit. Ce fer peut être oxydé en fer ferrique à l’origine de la formation de méthémoglobine [1]. Cette oxydation représente une perte maximale de 4 électrons par molécule d’hémoglobine et la méthémoglobine formée, chargée positive, aura une plus forte affinité pour les molécules électriquement négatives telles que les cyanures (CN), les fluorures (F) ou les chlorures (Cl). Cette méthémoglobine ne permet pas le transport de l’oxygène ou du dioxyde de carbone. A l’état physiologique, les hématies produisent un faible pourcentage de méthémoglobine qui varie selon l’âge de moins de 2% de méthémoglobine chez le prématuré à moins de 1% chez l’adulte [2]. Cette méthémoglobine circulante est en permanence réduite car plusieurs systèmes enzymatiques réducteurs endogènes maintiennent l’hémoglobine à l’état réduit (Fe2+) et un taux de méthémoglobine inférieur à 0,5%. La principale voie de réduction de la méthémoglobine est celle de la diaphorase I qui comprend 2 systèmes enzymatiques : le cytochrome b5 et le cytochrome b5 réductase ; ensemble, ils sont communément appelés la diaphorase I ou la cytochrome b5 nicotinamide adénine dinucléotide (NADH) méthémoglobine réductase. Le NADH est un cofacteur nécessaire au cytochrome b5 réductase. Cette voie NADH d…

Ce chapitre est réservé aux abonnés

Abonnez-vous dès maintenant

  • Consultation illimitée de l’intégralité du Traité de Médecine
  • Accès aux mises à jour des chapitres
  • Moteur de recherche

Je m’abonne