S34-P01-C05 Intoxications par le plomb et le mercure

S34-P01-C05 Intoxications par le plomb et le mercure

Télécharger le chapitre en PDF

Toxicologie

Chapitre S34-P01-C05

Intoxications par le  plomb et le mercure

Robert Garnier

Le plomb est, sans nul doute, l’un des métaux qui a été le plus anciennement et le plus largement utilisé par l’homme La connaissance de la toxicité du plomb est également très ancienne et les premiers textes décrivant les manifestations de l’intoxication datent des antiquités grecque et romaine. En ce début de 21ème siècle, l’intoxication par le plomb est certainement l’une des mieux étudiées, mais elle reste un problème de santé publique majeur dans de nombreux pays, dont la France.

Toxicité du  plomb

Les principales activités entraînant des expositions professionnelles au plomb, en France, sont la métallurgie du plomb (en particulier, les fonderies de deuxième fusion), celle du zinc, la fabrication et la récupération de batteries d’accumulateurs, le découpage au chalumeau de ferrailles peintes, le décapage thermique ou mécanique (par grattage ou par ponçage) de vieilles peintures ou de boiseries anciennes (cérusées), la production de cristal, le ciselage ou l’usinage de bronzes au plomb, l’élimination de tuyauteries de plomb (autrefois utilisées pour l’adduction d’eau ou l’élimination des eaux usées), celles de câbles téléphoniques gainés de plomb

Depuis l’interdiction, en janvier 2000, des antidétonants dérivés du plomb dans les carburants, l’exposition de la population générale par voie aérienne est, en règle, très faible, en l’absence d’une installation industrielle polluante dans le voisinage immédiat. Depuis la fin de l’année 2013, la concentration du plomb dans l’eau destinée à la consommation humaine est limitée à 10 µg/L. Dans le passé, des intoxications d’origine hydrique étaient possibles, quand une eau acide ou faiblement minéralisée était délivrée par un réseau comprenant des canalisations en plomb. Les aliments n’apportent, habituellement qu’une faible quantité de plomb, à condition qu’ils ne proviennent pas de végétaux cultivés (ou d’animaux élevés) dans une zone contaminée, qu’ils n’aient pas été préparés avec des ustensiles ou encore conservés dans des récipients contenant du plomb (étains décoratifs, céramiques artisanales, cristaux). La poussière est une importante source d’exposition au plomb de la population générale. Sa teneur en plomb dépend de l’activité industrielle actuelle ou passée du voisinage. Elle est surtout dépendante de la nature de l’habitat : en France, toutes les habitations anciennes (construites avant 1950) contiennent des peintures riches en dérivés inorganiques solubles du plomb ; lorsque le logemen…

Ce chapitre est réservé aux abonnés

Abonnez-vous dès maintenant

  • Consultation illimitée de l’intégralité du Traité de Médecine
  • Accès aux mises à jour des chapitres
  • Moteur de recherche

Je m’abonne