S34-P01-C08 Pertubateurs endocriniens

S34-P01-C08 Pertubateurs endocriniens

Télécharger le chapitre en PDF

Toxicologie

 

Chapitre S34-P01-C08

Perturbateurs endocriniens

Christophe Rousselle

Depuis une vingtaine d’années, la question de la toxicité des substances chimiques via une perturbation du système endocrinien suscite un intérêt croissant. Parler des perturbateurs endocriniens (noté ci-après « PE » À ce jour, très peu de substances chimiques sont considérées comme des PE avérés chez l’Homme; le DES en est un exemple malheureusement bien reconnu ; la plupart de substances citées dans ce chapitre doivent plutôt être considérées comme des PE potentiels ou suspectés mais, dans un souci de simplification éditoriale, l’abréviation « PE » sera également utilisée pour ces composés) aujourd’hui alors que tant d’articles, de revues, de rapports ont été publiés sur ce sujet depuis ces dernières années relève d’un exercice d’équilibriste si l’on veut éviter de tomber dans l’excès de certains défenseurs de l’approche environnementaliste qui considèrent que de nombreuses substances chimiques sont des PE à l’origine de diverses pathologies chez l’Homme et ceux qui, tout simplement, écartent la notion de PE et lui préfèrent celle de substances actives sur le système endocrinien. Cette dualité qui divise, non seulement la communauté scientifique, mais aussi les instances internationales d’expertise, et plus largement l’ensemble des partie prenantes (industrie, organisations non gouvernementales, instances politiques…), renseigne en elle-même sur le degré de complexité et d’incertitude qui entoure cette notion et ses conséquences pour la compréhension d’évènements de santé aujourd’hui encore largement inexpliqués.

Afin de traiter de cette question de la façon la plus objective possible, nous rappellerons comment l’hypothèse de la perturbation endocrinienne a été formulée, comment aujourd’hui sont définis les PE, quels types d’effets sont associés avec une exposition au PE, comment ils agissent et quels tests permettent de les identifier, quelles sont les substances incriminées et comment elles imprègnent la population française, avant de conclure sur la prise en compte de ces effets par le législateur dans le cadre d’une politique raisonnée de santé publique.

Origine de la notion de perturbation endocrinienne

La notion de perturbation endocrinienne trouve son origine dans des observations environnementales qui ont ensuite été étendues à la santé humaine. Ainsi en 1962, dans son ouvrage intitulé Silent Spring (le printemps silencieux), Rachel Carson [1] dénonce les méfaits des pesticides, en particulier du DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane) sur l’environnement. Elle cite, par exemple, les altérations des capacités de reproduction de certaines esp&eg…

Ce chapitre est réservé aux abonnés

Abonnez-vous dès maintenant

  • Consultation illimitée de l’intégralité du Traité de Médecine
  • Accès aux mises à jour des chapitres
  • Moteur de recherche

Je m’abonne